Location nue (ou vide)

down-arrow

Location immobilière nue, équivalent à une location non meublée.

L'essentiel à savoir pour votre location mobilière nue

Le bien doit être muni d'équipements spécifiques tels que des sanitaires, une douche, un évier. Il y a plusieurs façons de voir la location nue telles que des locaux d’habitation, des locaux d’activités voire même des terrains pour votre location immobilière.

La durée du bail est définie par un délai de trois ans minimum, si le bailleur est un particulier. Le renouvellement du contrat de bail se fait par tacite reconduction.

Le bailleur peut exiger un versement de dépôt de garantie, son montant doit obligatoirement figurer au sein du contrat de bail. Ce dernier ne doit pas excéder un mois de loyer. Il s’effectuera dès l’acquisition du bail et permettra aux propriétaires de se parer contre les dégradations occasionnelles ou les impayés éventuels.

Le propriétaire est libre de fixer lui-même le prix de son loyer en se référant au marché immobilier actuel. Certains cas diffèrent, ils doivent se référencer à la LOI ALUR pour fixer leurs propres prix. Cette mesure est appliquée pour éviter l’abus sur le prix des loyers excessifs. Si le propriétaire loue pour la première fois son logement, il est normalement libre de fixer son prix.

Le propriétaire tant le locataire peuvent exiger la fin du contrat de location avant l’échéance du préavis. Par conséquent, le locataire aura un délai de 3 mois pour envoyer son congé avant son départ. A l’inverse, le propriétaire aura un délai de 6 mois avant la fin du bail.


Vos recettes issues de la location nue sont imposées dans la catégorie des revenus fonciers, et vous devez remplir un formulaire 2044.

 

Il existe deux régimes d’imposition des revenus fonciers :
  • Le régime forfaitaire correspond à un abattement forfaitaire de 30% qui est appliqué sur les loyers. Vous êtes donc imposé sur 70% de vos revenus locatifs. Ce régime peut s’appliquer dès lors que les recettes locatives issues de la location nue n’excèdent pas 15 000€ / an.
  • Le régime réel s’applique de fait si vos revenus fonciers dépassent 15 000€ / an. Vous pouvez déduire par exemple les frais et charges engagés pour la location, des loyers perçus, les travaux effectués, les charges de copropriété, les primes d’assurance. En contrepartie, il est impossible d’amortir le prix du bien. Si vos recettes annuelles sont inférieures à 15 000€ et que vos charges sont supérieures à 30%, il vous est possible de lever l’option au profit du régime réel.
  • Si vous générez des profits, cela viendra s’ajouter aux revenus imposables.
  • Si vous générez un déficit foncier, il viendra s’imputer sur le revenu global annuel à concurrence de 10 700€. Le solde restant sera reportable sur 10 ans. Cela vous permettra de réduire votre impôt sur le revenu.

La location nue est une forme de garantie pour le propriétaire-bailleur, une fois les locataires installés, les changements se veulent moins fréquents, les frais liés à la location sont moins élevés.

Comparaison
Location meublée

Vous louez un logement de 35 m² muni d'un balcon dans un immeuble datant de 1980 situé dans le 10ième arrondissement de Paris. Compte tenu du dispositif d'encadrement des loyers, il se loue en vide 970€ brut hors charges par mois (loyer de référence majoré). En meublé, ce même loyer de référence majoré monte à 1096 € brut (chiffres d'août 2016).

Location nue

Autre exemple, un T3 de 35 m² dans le 10ième arrondissement de PARIS. Ce bien a été refait à neuf, situé au 3ième étage d'un immeuble avec ascenseur. Vide, il se loue 760 € brut hors charges par mois. La location en meublé, le loyer mensuel brut hors charges grimpe à 840 €.

 

A noter que le loyer de la location d’un bien meublé peut-être de 10% à 15 % supérieur à la location nue. 

 

Vous souhaitez avoir plus d’infos ? Nous vous assistons !

CONTACTEZ-NOUS