Location saisonnière

down-arrow

La location saisonnière est un dispositif en vogue constant. Elle fait référence aux vacances. Ce qui en soit n’est pas faux. La saison d’hiver pour le ski ou d’été pour la plage par exemple. C’est une location obligatoirement meublée qui est établie pour une durée transitoire, à la nuitée, à la semaine ou au mois.

Elle est idéale pour un étudiant qui fait un stage en dehors de sa ville de résidence, pour une personne en mobilité professionnelle ou le vacancier.

 

Quels sont les logements concernés ?

 

Votre résidence principale, à condition de l’occuper au-moins huit mois par an, votre résidence secondaire que vous avez à la montagne, dans une station balnéaire…. Même si vous êtes locataire de votre résidence principale, vous pouvez avec l’accord expresse de votre propriétaire-bailleur sous-louer votre logement.

 

Les formalités légales et administratives :

 

Depuis la loi ALUR du 24 mars 2014, la réglementation ne cesse de se durcir. Dans les grandes villes de plus de 200 000 habitants (Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Lille, Montpellier, Nice, Nantes, Rennes, Strasbourg et Toulouse), les départements 92, 93 et 94 ou les villes de plus de 50 000 habitants situées dans des zones dites tendues, la location saisonnière est plus que réglementée. Le fait de louer un local meublé à usage d’habitation vient concurrencer frontalement l’industrie hôtelière et aggraver l’insuffisance locative destinée à l’habitation principale. Vous devez obtenir une autorisation de votre mairie pour exercer. A Paris, si elle est accordée, ce ne sera pas sans contraintes financières. Vous devrez soit acheter un local commercial de la même superficie voire plus, et dans le même arrondissement, pour le transformer en logement d’habitation (nu ou meublé à usage de résidence principale pour le locataire) ou présenter une cession du droit de commercialité. Contrevenir à ces règles peut vous exposer à une amende pouvant atteindre 25.000€ par logement et une astreinte de 1.000€ par jour.

Cependant, si le bien est votre résidence principale alors dans ce cas vous êtes exonéré de cette demande d’autorisation et limité à 120 jours de location par an.

 

 

Les avantages de la location saisonnière sont :

 

  • Une bonne rentabilité financière.
  • De donner une âme à votre bien, afin qu’il puisse garder un rythme d’entretien régulier et son aménagement constant en fonction de chaque retour clients.
  • Rencontrer des gens, fidéliser vos clients qui peuvent devenir réguliers, mais aussi de faire découvrir votre univers, votre région…

 

Les inconvénients de la location saisonnière :

 

  • Le temps passer à publier et gérer ses annonces, répondre aux questions diverses, les tâches administratives...
  • Être présent lors des arrivées et départs des locataires, faire les états des lieux…

 

 

A la différence des baux de location classiques, soumis à la loi du 6 juillet 1989, la location saisonnière n’est régie que par le Code civil.